Flash Logo.

Contact Us

Norma Delaney
E. Garret Annofsky

675 Witter Gulch
Evergreen, CO 80439 USA

303.679.8878
303.679.8848 fax

norma@newbreath.net

egarret@newbreath.net


La Fragmentation de L’âme

En février 1996, je suis allée à Seattle pour assister à une canalisation de Kryeon. Pendant la période de questions, une femme très bouleversée est venue au micro et a dit : « Je m’appelle Sebrina. Je viens tout juste de sortir de l’hôpital où l’on m’a diagnostiquée comme ayant un trouble de personnalités multiples (n.d.t. : aussi nommé « trouble dissociatif de l’identité). Je voudrais pouvoir reprendre mes garçons avec moi ». Immédiatement, Jan et Lee répondirent en chœur : « Vous devez voir Norma! »

Je me suis donc levée pour qu’elle me voit, n’ayant à ce moment aucune idée de ce qui m’attendait. Nous avons découvert que nous étions toutes les deux du Sud de la Californie. J’ai donné mes coordonnées à Sebrina et accepté de la rencontrer chez moi.

Lorsque Sebrina est arrivée à la maison, elle semblait un peu anxieuse, mais cela n’avait rien d’anormal. Plusieurs personnes vivant des situations difficiles viennent travailler avec moi.

Dès les premiers instants, un pattern de changements s’est installé, et il devait marquer notre travail pour les sept années à venir.

« Allô, je m’appelle Lucy Belle. Est-ce que ma maman est ici? »

« Non, mon nom est Norma et je suis enchantée de te rencontrer ».

« Si ma maman n’est pas ici, alors je ne peux pas vous parler. » Ce disant, elle est disparue.

« Bonjour, je m’appelle Charlotte. Au fait, quelles sont vos références? Avez-vous déjà travaillé avec des « multiples »? Ils disent que je suis multiple, mais moi je sais qu’ils n’ont pas raison. »

« Bonjour, je m’appelle Rhonda. Pouvez-vous m’aidez à reprendre mes garçons? »

Aussitôt qu’une personnalité se présentait pour me parler, une autre prenait sa place. Elles avaient différentes expressions faciales et postures physiques. Toutes ces personnalités étaient pressées de m’adresser la parole, mais aucune ne semblait être consciente de la présence de celle qui venait de quitter. Ces conversations entrecoupées ont continué toute la séance, à un rythme effréné.

Finalement, Daniel est apparu en elle, un homme plus âgé, disant qu’il serait toujours disponible pour m’aider. Son calme et son attitude posée étaient étonnants après toute l’angoisse contenue dans les autres voix.

Lorsque Sebrina est revenue, elle m’a sourit et a dit : « Allez-vous travaillez avec nous, voulez-vous nous aider? » Je lui ai répondu en toute honnêteté que je n’avais jamais travaillé avec quelqu’un ayant des personnalités multiples. J’avais vu des films à ce sujet, mais je n’avais jamais lu de traité médical le concernant, et je ne connaissais rien des traitements offerts habituellement. Elle me dit qu’elle travaillait en ce moment avec le psychiatre le plus réputé de Los Angeles, mais qu’il ne travaillait pas dans les dimensions psychiques. Elle savait qu’il nous faudrait travailler dans ces dimensions-là pour réussir son intégration. Il était clair pour elle qu’elle visait l’intégration totale, et qu’elle n’accepterait rien de moins.

Je lui ai répondu : « Je travaille avec l’énergie de la compassion, et elle semble savoir faire beaucoup plus de choses que la partie humaine de moi ne sait le faire. C’est ce que j’appelle le domaine de l’Esprit, ou encore du psychique. Je travaille dans ces dimensions depuis des années. Je crois sincèrement qu’il n’y a aucune maladie qui ne puisse être aidée par l’Esprit pour mener la personne à sa guérison.

Peu après, Garret est revenu du travail. Vu que j’ai l’habitude de rencontrer mes nouveaux clients dans le salon, nous étions restées là. Garret est venu nous rejoindre en souriant calmement, comme à son habitude lorsqu’il me voit avec un client. Mais il fut très étonné lorsque Sebrina a couru jusqu’à lui en disant : « Allô! Je suis Robbie. »

« Je suis un garçon et je suis fier de moi! Mon père dit que seuls les hommes et les garçons comptent. J’ai 4 ans; je protège les filles et on ne me marche pas sur les pieds! Je fais pipi debout aussi. »

Garret lui a sourit et l’a salué.

Nous avons convenu de nous revoir deux semaines plus tard. Ce fut le début de nos séances ensemble. Ces rencontres étaient régulièrement parsemées de toutes sortes de personnalités intérieures. Plusieurs disaient qu’elles m’avaient observées pendant quelques semaines avant de se décider à me parler. Elles voulaient savoir si j’étais « vraie ».

J’ai commencé à faire du travail énergétique sur le corps physique de Sebrina, sur la table de massage. Alors que notre travail progressait, nous avons travaillé avec la respiration pour soulager son stress. Sebrina était en hyperventilation constante. J’ai appris que les gens ayant été agressés sexuellement ne peuvent respirer profondément dans leur ventre. Ils ont perdu confiance lors d’expériences traumatisantes et une grande patience est nécessaire afin de reconstruire cette confiance.

Avec le temps, Sebrina a partagé des parcelles de son histoire. Elle était née au sein d’un culte satanique dont le leader était son père. Ses parents voulaient à tout prix l’entraîner pour qu’elle prenne sa relève un jour. Alors, à la naissance, dès sa sortie de l’hôpital, ils commencèrent son entrainement. La force de leur détermination à la contrôler provoqua une division si profonde en elle que son âme dût se dissocier afin de la garder en vie.

J’ai fini par réaliser que la plupart des gens ont été entrainés et manipulés afin de devenir les enfants que leurs parents souhaitaient qu’ils soient. Tant d’événements subtils peuvent provoquer un éclatement. Et souvent, la fragmentation est causée par des parents qui sont convaincus qu’ils agissent par amour. Je suis certaine maintenant que la violence envers les enfants vient du fait qu’on leur enseigne à vivre selon des règles précises au lieu de leur montrer à découvrir qui ils devraient être en réalité. Tant de fois, les gens ne sont pas du tout encouragés à s’épanouir vraiment. La violence envers les enfants est une cause réelle de fragmentation et de dissociation. Mes convictions sur le sujet viennent de mes vingt ans et plus de travail auprès de gens ayant souffert de toutes sortes d’abus.

Après six mois, Sebrina m’a dit que j’étais vraiment la personne qui pouvait l’aider et qu’il était important pour elle d’amorcer la partie suivante de son travail. Elle irait au centre de son cœur afin de fusionner avec la vraie personne qu’elle allait devenir. Je ne savais pas à ce moment-là que c’était le début de l’intégration pure. Elle m’a expliquée qu’un être créé à partir des mondes physiques et psychiques prendrait sa place. Puis, elle alla vers son centre, et commença sa guérison.

On m’avait dit que Sebrina serait cette nouvelle personne avec qui je travaillerais. Deux ans plus tard, elle cessa de voir le psychiatre, et cessa toute médication. Nous étions toutes les deux certaines que le temps était venu pour les prochaines étapes de sa guérison. Nous sommes allées de l’avant, avec l’accord sans réserve de son Soi spirituel. Serena/Sebrina a pu se rendre compte que les médicaments créaient des barrières qui l’empêchaient d’évoluer, et elle souhaitait devenir elle-même. Au début, notre travail avait lieu à toutes les deux semaines. Puis, nous sommes passées à un rendez-vous par semaine, et maintenant nous travaillons ensemble à chaque jour. Reconstruire une âme éclatée demande une attention constante.

Nous avons passé sept ans à intégrer des fragments de personnalités qui avaient été dissociées d’elle dès sa naissance afin de faire face à sa famille et à ce culte. Serena a écrit le texte qui suit, alors qu’elle faisait l’expérience de sa vraie naissance en tant que nouvel être humain très particulier. Elle est de moins en moins l’enfant qui est tout d’abord né dans ce corps.


J’ouvre les yeux et je vois le visage de maman. Je n’ai pas encore conscience que je viens tout juste de naître à ce monde, que j’incarne cette conscience nouvelle. Cependant, je suis bien consciente du fait que j’ai toutes les connaissances nécessaires pour vivre dans le groupe des victimes, pour agir selon ce que je crois qu’on attend de moi.

Je ne vois rien qui cloche à l’horizon. Je souris, je sens que j’aime cette dame. Je sais que nous avons travaillé ensemble sur sa table de massage, dans sa chambre de guérison. Elle n’est pas encore maman pour moi. Elle est Norma. Une femme que « J »ai trouvé pour m’aider à guérir et m’intégrer. Je sais tout ça, et bien plus encore, au moment même où j’ouvre les yeux.

Je vois toute l’aventure de ma naissance, avec les yeux de la vérité de mon cœur. Sebrina a dit à maman qu’il était temps pour elle de rentrer à la maison dans son cœur. Une quantité suffisante des personnages de l’intérieur s’étaient avancés et avaient dit oui à la vraie guérison. Il existe maintenant un niveau de confiance entre Norma et moi qui permet cette guérison.

Sebrina est étendue sur le dos sur la table de massage. Elle regarde Norma dans les yeux. L’amour qui s’échange dans ce regard est profond. Il est témoin de plusieurs vies partagées; d’un courage implicite issu de nous deux et nécessaire pour mener ce contrat à terme. Beaucoup de choses sont dites sans paroles. Sebrina touche le visage de Norma et puis ferme ses yeux, elle lâche prise.

La suite se produit dans le domaine psychique. Je vois Sebrina aller en elle, entrer dans un espace sacré au sein de son cœur. Elle s’agenouille et ouvre le loquet d’une boîte de bois magnifiquement sculptée. La boîte est garnie de satin rouge. Bien à l’abri à l’intérieur se trouve cette superbe énergie dorée et scintillante, attendant là en toute sécurité… C’est moi! Alors, j’entends mon cœur m’expliquer qu’avant la naissance originale, il était clair que je serais quelqu’un aux « personnalités multiples ». Que l’essence originale du bébé serait fragmentée afin de préserver son Soi authentique. De cette façon, le contrat portant l’intention de choisir de revenir pleinement à la Lumière dans cette vie-ci serait rempli. Cela impliquait de grands risques et il n’y avait aucune garantie que je n’en mourrais pas. Mais ce fut accepté, je devais essayer.

M’être rendue où je suis maintenant dans ma vie tient du miracle. L’essence authentique de mon Soi a été préservée et est née une nouvelle fois, pure et scintillante! Je suis Serena.

En souriant, je regarde Norma dans les yeux. Doucement, elle m’encourage à respirer. Sa voix est douce. Le rythme est mélodieux. Elle est bien consciente du changement d’énergie dans le corps. Elle me voit, la nouvelle personne, née du cœur. Elle doit rester immobile pour ne pas m’effrayer. Elle me parle seulement du souffle. Elle garde la vérité de ce moment pour elle. Je suis très fragile, comme un petit oisillon qui doit être pris et mis à l’abri sous l’aile douce et protectrice de sa mère. Elle me dit de rester étendue, de garder le calme. Son souffle, son être remplissent la pièce. Puis, doucement, elle m’aide à m’asseoir. « Arrête-toi ici, et respire avant de descendre de la table », me dit-elle.

Elle me tient fermement par le bras alors que nous descendons au rez-de-chaussée. Nous entrons dans la cuisine et elle me dirige vers une chaise. Sa voix est douce, rassurante. Je suis détachée de tout. Descendre au rez-de-chaussée a suffit à me faire sortir de mon corps un peu plus. Je vois tout ce qui m’entoure avec une certaine distance. Je remarque sur le comptoir un fruit, vibrant de couleur. Je perçois la fraicheur du plancher au travers de mes chaussettes. J’entends Norma me demander ce que j’aimerais manger. Et quelque part en arrière-plan, j’entends le murmure des voix intérieures qui poursuivent une conversation. Cet instant est surréaliste. Saisi, figé comme une photo. Figé dans le temps, entouré de noirceur. Voilà comment « nous » avons toujours vécu. Des instants arrêtés et contenus, déformés dans le temps. Chaque instant séparé de l’autre. Bien entendu, c’est ce qui permet à ce système de tenir la route. À ce moment-là, je n’en suis pas encore consciente. C’est la raison pour laquelle je suis née à ce monde. Pour commencer à découvrir une nouvelle façon de vivre. Bien profondément ancrée dans mon corps, en toute possession de moi, en toute conscience, heureuse et en sécurité avec moi-même.

Être le témoin de ma naissance avec une telle clarté me prouve le miracle que je suis. Je sais que Maman me désirait. Je me sens aimée. J’ai vraiment été comme la crème à l’intérieur du biscuit Oreo. Maman d’un côté, mon cœur de l’autre, et ces deux parties me tenant bien fort dans leur bras, jusqu’à ce que je puisse guérir. Cette prise de conscience de ma propre évolution me prouve comme j’arrive de loin, de très loin. Je suis vraiment bénie!

* * *

Traduction: Annie Francoeur